Blog Post

La voie étroite de l’intelligence budgétaire

Le débat sur l’austérité budgétaire a repris en Europe. Ce n’est pas étonnant. 

By: Date: April 23, 2013 European Macroeconomics & Governance Tags & Topics

Le débat sur l’austérité budgétaire a repris en Europe. Ce n’est pas étonnant. Depuis 2010, celle-ci s’est attachée à redresser les finances publiques, au prix d’efforts importants : trois points et demi de PIB en trois ans dans la zone euro, un peu plus de trois en France, plus de quatre au Royaume-Uni, sept au Portugal, douze en Grèce. Mais parallèlement la reprise a marqué le pas : en zone euro, 2013 sera la deuxième année consécutive de croissance négative. Le FMI parle maintenant de reprise à trois vitesses pour souligner que le groupe des pays avancés s’est coupé en deux avec, d’un côté, les Etats-Unis où la reprise est solidement établie, et de l’autre l’Europe qui est à la traîne.      

Entre consolidation budgétaire et panne de croissance, y a-t-il lien de cause à effet ? Sans que l’un soit la seule raison de l’autre, on ne peut le nier. D’autant que deux erreurs ont été commises. L’UE, d’abord, a voulu croire que son premier problème était budgétaire, oubliant au passage que le mauvais état de ses systèmes bancaires et l’excès de dette privée dont souffrent plusieurs pays. Ces handicaps ont empêché la demande privée de prendre le relais de la demande publique. Avec des taux d’intérêt de la BCE bloqués au voisinage de zéro, les conséquences économiques des politiques de rigueur soient particulièrement marquées. 

La deuxième erreur a été de vouloir répondre à la hausse des taux sur les marchés obligataires en fixant des objectifs budgétaires nominaux (ramener le déficit à X% du PIB à la date T) plutôt que structurels (réduire les dépenses ou augmenter les recettes de Y points de PIB par an). L’Europe s’est ainsi mise à la merci d’une logique d’amplification des cycles qui contraint à d’autant plus d’efforts que la situation est mauvaise. La Commission s’efforce d’y échapper en accordant des délais aux pays qui étaient à la peine, mais trop tard et comme à contrecœur. 

Les Etats-Unis, quant à eux, ont réparé leur système bancaire dès 2009 et ont donné aux ménages le temps de se désendetter (y compris par des faillites personnelles). La Fed a vigoureusement soutenu la demande. Et, jusqu’à la fin 2012, l’ajustement budgétaire a été graduel. Le choc est venu en 2013, avec les coupes automatiques de dépenses, mais entre-temps l’économie privée avait gagné en vigueur. Cette stratégie a donné de meilleurs résultats.

Qu’en déduire pour l’avenir ? Sauf à envisager une répudiation de la dette ou la sortie de l’euro, l’une et l’autre bien plus coûteuses, certainement pas qu’il faut jeter le sérieux budgétaire à la rivière. La question n’est pas de savoir s’il faut réduire les ratios de dette publique, mais quand et comment. Avec ou sans Reinhart et Rogoff, il demeure qu’il est dangereux de laisser la dette publique avoisiner 100% du PIB. Or huit pays de la zone euro seront dans cette zone fin 2013.

La bonne stratégie consiste à conduire la consolidation budgétaire graduellement mais avec persistance, en veillant à la qualité des mesures tout autant qu’à leur quantité. Les gouvernements craignent cependant qu’en procédant ainsi, ils suscitent la méfiance des marchés et que leurs coûts d’emprunt s’en ressentent. Parce qu’ils n’ont pas confiance en leurs partenaires, beaucoup en Europe du Nord continuent aussi à faire des objectifs nominaux l’alpha et l’oméga de la stratégie budgétaire. Dans les deux cas le problème est le même : retarder une partie de l’ajustement pour préserver la croissance, n’est-ce pas en fait le repousser aux calendes grecques. N’est-ce pas s’avouer incapable d’affronter les choix qu’exige une maîtrise durable des finances publiques ?

La solution consiste à crédibiliser l’engagement de réduction du déficit Pour cela il faut fonder ses calculs sur des prévisions prudentes ; décider dès aujourd’hui des mesures qui s’appliqueront demain, ou du moins avancer suffisamment dans leur préparation éclairer l’horizon ; identifier les gisements d’efficacité dans la sphère publique ; programmer la fin des politiques dont le rapport coût-bénéfice est trop élevé ; mettre en place les mesures propres à équilibrer les régimes de retraite sur plusieurs décennies ; fixer pour l’assurance-maladie et le chômage des règles d’équilibre sur le cycle ; donner, enfin, les grandes lignes des réformes fiscales qui apporteront de la ressource sans décourager l’activité. Rien de tout cela n’empêchera, évidemment, un parlement de voter demain en sens contraire ; mais cela le rendra moins probable.

Au niveau européen, les programmes de stabilité que les gouvernements adressent chaque année à Bruxelles devraient servir de support à un dialogue sur ces mesures à venir et à certifier les engagements nationaux. Au lieu de limiter les marges de manœuvre immédiates, ils devraient servir à les élargir en rassurant sur le fait que la consolidation budgétaire aura bien lieu.

La logique est imparable : plus on se lie les mains pour demain, plus on gagne des marges de liberté pour aujourd’hui. C’est cela qu’il faut faire.

This article was first published in le Monde.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint. Anyone is free to republish and/or quote this post without prior consent. Please provide a full reference, clearly stating Bruegel and the relevant author as the source, and include a prominent hyperlink to the original post.

View comments
Read article Download PDF More on this topic

External Publication

Europe after Brexit

Europe after Brexit: A proposal for a continental partnership

This paper leaves aside the issue of EU reform and focuses on the desirable EU-UK relationship after Brexit. The authors argue that none of the existing models of partnership with the EU would be suitable for the UK. They propose a new form of collaboration, a continental partnership, which is considerably less deep than EU membership but rather closer than a simple free-trade agreement

By: Jean Pisani-Ferry, Norbert Röttgen, André Sapir, Paul Tucker and Guntram B. Wolff Topic: European Macroeconomics & Governance Date: August 29, 2016
Read about event

Upcoming Event

Sep
6-7
09:15

Bruegel Annual Meetings 2016

The Annual Meetings are a high point in Bruegel's calendar.

Speakers: Michel Barnier, Joachim Bitterlich, Arnoud Boot, Albert Bravo-Biosca, Elmar Brok, Nadia Calviño, Tom Carver, Grégory Claeys, Daniel Daianu, Zsolt Darvas, Paulina Dejmek-Hack, Maria Demertzis, Jeroen Dijsselbloem, Alicia García-Herrero, Sylvie Goulard, Charles Grant, Dominique Guellec, Connie Hedegaard, Michel Houdebine, Vazil Hudák, Brigitte Knopf, Pascal Lamy, Lawrence J. Lau, Matthew Lobner, Robert Madelin, Sylvie Matherat, Simone Mori, Erik F. Nielsen, Barbara Novick, Jean Pisani-Ferry, Romano Prodi, Olli Rehn, Carmen M. Reinhart, André Sapir, Dirk Schoenmaker, Ludger Schuknecht, Egon Schulz, Maroš Šefčovič, Jeremy Shapiro, Scott Stern, Jean-Claude Trichet, Laszlo Varro, Nicolas Véron, Reinhilde Veugelers, Helen Wallace, Guntram B. Wolff and Georg Zachmann Topic: Energy & Climate, European Macroeconomics & Governance, Finance & Financial Regulation, Global Economics & Governance, Innovation & Competition Policy Location: Autoworld, Brussels, Belgium
Read about event More on this topic

Upcoming Event

Sep
14
10:00

From crisis management to launching economic growth

What have been the most effective strategies in limiting the impact of the economic crisis in Europe? What challenges lie ahead? Bruegel's 10th anniversary event in Budapest will foster discussion of these important topics.

Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Budapest, Hungary
Read about event More on this topic

Upcoming Event

Sep
29
08:30

Inclusive growth in the European Union

Why is inclusive growth important and how do the EU’s social problems differ from social problems in other parts of the world?

Speakers: Zsolt Darvas, Monica Brezzi, Jana Hainsworth, Reinhilde Veugelers and Guntram B. Wolff Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read article More on this topic More by this author

Blog Post

IMG_1985

How to make the single market more inclusive after Brexit

The creation of the single market generated winners and losers. Yet redistribution remains first and foremost a competence of national governments. It is thus fair to state that a failure in national, more than European, policies and welfare systems can be partly blamed for current discontent with the EU and the single market.

By: Alessio Terzi Topic: European Macroeconomics & Governance Date: August 18, 2016
Read about event More on this topic

Upcoming Event

Oct
4
12:30

Barriers to long-term investment

Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read article More on this topic More by this author

Blog Post

Jérémie Cohen-Setton

The state of macro redux

What’s at stake: In 2008, Olivier Blanchard argued in a paper called “the state of macro” that a largely shared vision of fluctuations and of methodology had emerged. With the financial crisis and our inability to prevent the greatest recession since the 1930s, the discipline entered into a period of soul searching. The discussions on the state of macro received new echoes this week after Blanchard published a short essay on the future of DSGE models.

By: Jérémie Cohen-Setton Topic: European Macroeconomics & Governance Date: August 16, 2016
Read article More on this topic More by this author

Opinion

Dalia Marin

What’s the matter with Austria?

Austrian firms invested heavily in Central and Eastern Europe. They offshored the parts of the value chain that required specialized skills and produced valuable research. This resulted in lowered growth in Austria.

By: Dalia Marin Topic: European Macroeconomics & Governance Date: August 9, 2016
Read about event More on this topic

Upcoming Event

Nov
21-22
13:30

Vision Europe Summit 2016

The 2016 Vision Europe Summit is titled "Redesigning European Migration and Refugee Policy" and will be held in Lisbon on 21-22 November 2016.

Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Lisbon
Read article More on this topic More by this author

Blog Post

André Sapir

Should the UK pull out of the EU customs union?

The UK Government appears divided on whether the United Kingdom should seek to remain within the European Union’s customs union after Brexit. The United Kingdom is likely to want to leave the customs union, even it remains in the EU’s single market. But the UK should try and keep to the EU’s commitments at the WTO, at least at the start, in order to minimise the trade disruption that Brexit entails.

By: André Sapir Topic: European Macroeconomics & Governance Date: August 1, 2016
Read article More on this topic

Opinion

Grégory Claeys
Schoenmaker pic

Now is the time to open Strasbourg’s ‘Bronislaw Geremek’ European University

It is the right time to revive the proposal made 10 years ago by Bronislaw Geremek and Jean-Didier Vincent to create a truly European University in the European Parliament buildings in Strasbourg.

By: Grégory Claeys and Dirk Schoenmaker Topic: European Macroeconomics & Governance Date: August 1, 2016
Read article More by this author

Blog Post

Zsolt Darvas

Single market access from outside the EU: three key prerequisites

In relative terms, Norway’s current net financial contribution to the EU is similar to the UK’s. Switzerland and Liechtenstein pay surprisingly little, while Iceland is a net beneficiary. Relative to their population, Switzerland, Norway, Iceland and Liechtenstein received about twice as large an inflow of EU immigrants as the UK. These countries also have to adopt the vast majority of EU regulation to gain access to the single market.

By: Zsolt Darvas Topic: European Macroeconomics & Governance Date: July 19, 2016
Load more posts