Blog Post

La voie étroite de l’intelligence budgétaire

Le débat sur l’austérité budgétaire a repris en Europe. Ce n’est pas étonnant. 

By: Date: April 23, 2013 European Macroeconomics & Governance Tags & Topics

Le débat sur l’austérité budgétaire a repris en Europe. Ce n’est pas étonnant. Depuis 2010, celle-ci s’est attachée à redresser les finances publiques, au prix d’efforts importants : trois points et demi de PIB en trois ans dans la zone euro, un peu plus de trois en France, plus de quatre au Royaume-Uni, sept au Portugal, douze en Grèce. Mais parallèlement la reprise a marqué le pas : en zone euro, 2013 sera la deuxième année consécutive de croissance négative. Le FMI parle maintenant de reprise à trois vitesses pour souligner que le groupe des pays avancés s’est coupé en deux avec, d’un côté, les Etats-Unis où la reprise est solidement établie, et de l’autre l’Europe qui est à la traîne.      

Entre consolidation budgétaire et panne de croissance, y a-t-il lien de cause à effet ? Sans que l’un soit la seule raison de l’autre, on ne peut le nier. D’autant que deux erreurs ont été commises. L’UE, d’abord, a voulu croire que son premier problème était budgétaire, oubliant au passage que le mauvais état de ses systèmes bancaires et l’excès de dette privée dont souffrent plusieurs pays. Ces handicaps ont empêché la demande privée de prendre le relais de la demande publique. Avec des taux d’intérêt de la BCE bloqués au voisinage de zéro, les conséquences économiques des politiques de rigueur soient particulièrement marquées. 

La deuxième erreur a été de vouloir répondre à la hausse des taux sur les marchés obligataires en fixant des objectifs budgétaires nominaux (ramener le déficit à X% du PIB à la date T) plutôt que structurels (réduire les dépenses ou augmenter les recettes de Y points de PIB par an). L’Europe s’est ainsi mise à la merci d’une logique d’amplification des cycles qui contraint à d’autant plus d’efforts que la situation est mauvaise. La Commission s’efforce d’y échapper en accordant des délais aux pays qui étaient à la peine, mais trop tard et comme à contrecœur. 

Les Etats-Unis, quant à eux, ont réparé leur système bancaire dès 2009 et ont donné aux ménages le temps de se désendetter (y compris par des faillites personnelles). La Fed a vigoureusement soutenu la demande. Et, jusqu’à la fin 2012, l’ajustement budgétaire a été graduel. Le choc est venu en 2013, avec les coupes automatiques de dépenses, mais entre-temps l’économie privée avait gagné en vigueur. Cette stratégie a donné de meilleurs résultats.

Qu’en déduire pour l’avenir ? Sauf à envisager une répudiation de la dette ou la sortie de l’euro, l’une et l’autre bien plus coûteuses, certainement pas qu’il faut jeter le sérieux budgétaire à la rivière. La question n’est pas de savoir s’il faut réduire les ratios de dette publique, mais quand et comment. Avec ou sans Reinhart et Rogoff, il demeure qu’il est dangereux de laisser la dette publique avoisiner 100% du PIB. Or huit pays de la zone euro seront dans cette zone fin 2013.

La bonne stratégie consiste à conduire la consolidation budgétaire graduellement mais avec persistance, en veillant à la qualité des mesures tout autant qu’à leur quantité. Les gouvernements craignent cependant qu’en procédant ainsi, ils suscitent la méfiance des marchés et que leurs coûts d’emprunt s’en ressentent. Parce qu’ils n’ont pas confiance en leurs partenaires, beaucoup en Europe du Nord continuent aussi à faire des objectifs nominaux l’alpha et l’oméga de la stratégie budgétaire. Dans les deux cas le problème est le même : retarder une partie de l’ajustement pour préserver la croissance, n’est-ce pas en fait le repousser aux calendes grecques. N’est-ce pas s’avouer incapable d’affronter les choix qu’exige une maîtrise durable des finances publiques ?

La solution consiste à crédibiliser l’engagement de réduction du déficit Pour cela il faut fonder ses calculs sur des prévisions prudentes ; décider dès aujourd’hui des mesures qui s’appliqueront demain, ou du moins avancer suffisamment dans leur préparation éclairer l’horizon ; identifier les gisements d’efficacité dans la sphère publique ; programmer la fin des politiques dont le rapport coût-bénéfice est trop élevé ; mettre en place les mesures propres à équilibrer les régimes de retraite sur plusieurs décennies ; fixer pour l’assurance-maladie et le chômage des règles d’équilibre sur le cycle ; donner, enfin, les grandes lignes des réformes fiscales qui apporteront de la ressource sans décourager l’activité. Rien de tout cela n’empêchera, évidemment, un parlement de voter demain en sens contraire ; mais cela le rendra moins probable.

Au niveau européen, les programmes de stabilité que les gouvernements adressent chaque année à Bruxelles devraient servir de support à un dialogue sur ces mesures à venir et à certifier les engagements nationaux. Au lieu de limiter les marges de manœuvre immédiates, ils devraient servir à les élargir en rassurant sur le fait que la consolidation budgétaire aura bien lieu.

La logique est imparable : plus on se lie les mains pour demain, plus on gagne des marges de liberté pour aujourd’hui. C’est cela qu’il faut faire.

This article was first published in le Monde.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint. Anyone is free to republish and/or quote this post without prior consent. Please provide a full reference, clearly stating Bruegel and the relevant author as the source, and include a prominent hyperlink to the original post.

View comments
Read article More on this topic More by this author

Blog Post

Silvia Merler

Should we worry about Greek banks?

Earlier this month, the IMF and the European institutions clashed over conditions for sustainability of the Greek debt. One of the main disagreements seems to be the evaluation of the Greek banks’ health. Whose assessment should be trusted and are there reasons to worry?

By: Silvia Merler Topic: European Macroeconomics & Governance Date: February 23, 2017
Read about event More on this topic

Upcoming Event

Mar
9
12:00

The Belarusian economy: are real changes on the way?

At this event we will discuss where the economy of Belarus is heading, and what this implies for the EU.

Speakers: Kateryna Bornukova, Rumen Dobrinsky, Robert Kirchner, Dzmitry Kruk, Alexander Zaborovski and Georg Zachmann Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read article Download PDF

Policy Brief

Screen Shot 2017-02-17 at 16.42.38

Europe in a new world order

In this paper the authors explore what the EU’s strategic reaction should be to US diminishing giant policies, and the EU’s role in a world of declining hegemony and shifting balances

By: Maria Demertzis, André Sapir and Guntram B. Wolff Topic: European Macroeconomics & Governance, Global Economics & Governance Date: February 17, 2017
Read article More on this topic

Blog Post

Zsolt Darvas
DSC_0798
dsc_1000

The Brexit bill: uncertainties in the estimate of EU pension and sickness insurance liabilities

Pension and sickness insurance liabilities for EU staff could be an especially contentious part of negotiations on an EU-UK financial settlement: the “Brexit bill”. This post looks behind the calculation of the alleged cost of pension benefits and concludes that it may be less than half of what it seems.

By: Zsolt Darvas, Konstantinos Efstathiou and Inês Goncalves Raposo Topic: European Macroeconomics & Governance Date: February 17, 2017
Read about event More on this topic

Upcoming Event

Mar
22
11:30

Conversations on the future of Europe

On the occasion of the 60th anniversary of the signing of the Treaty of Rome, we will hold an event of four conversations between Bruegel scholars and European thinkers.

Speakers: Maria Demertzis, Emmanuel Mourlon-Druol, Johanna Nyman, André Sapir, Catherine Schenk, Guntram B. Wolff, Andre Wilkens and Ivan Krastev Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read article More on this topic

Blog Post

Zsolt Darvas
DSC_0798
dsc_1000

The UK’s Brexit bill: could EU assets partially offset liabilities?

The ‘Brexit bill’ is likely to be one of the most contentious aspects of the upcoming negotiations. But estimates so far focus largely on the EU costs and liabilities that the UK will have to buy its way out of. What about the EU’s assets? The UK will surely get a share of those, and they could total €153.7bn.

By: Zsolt Darvas, Konstantinos Efstathiou and Inês Goncalves Raposo Topic: European Macroeconomics & Governance Date: February 14, 2017
Read article More on this topic

Blog Post

MariaDemertzis1 bw
unnamed

The impact of Brexit on UK tertiary education and R&D

In this blog post, we look at the impact of Brexit on UK’s education and research and development sectors in terms of students and staff, as well as funding.

By: Maria Demertzis and Enrico Nano Topic: European Macroeconomics & Governance Date: February 14, 2017
Read article Download PDF More on this topic

External Publication

Screen Shot 2017-02-13 at 12.31.18

Improving the Responses to the Migration and Refugee Crisis in Europe

What must be done to over- come the intra-European conflict and achieve a bal- ance that produces common ground allowing for a po- litical and social consensus on migration?

By: Massimo Bordignon, Yves Pascouau, Matthias M. Mayer, Mehrdad Mehregani, Demetrios G. Papademetriou, Meghan Benton, Pedro Góis and Simone Moriconi Topic: European Macroeconomics & Governance Date: February 13, 2017
Read article More on this topic More by this author

Blog Post

Zsolt Darvas

Questionable immigration claims in the Brexit white paper

The UK government's white paper on Brexit suggested that the EU's "free movement of people" has made it impossible to control immigration. This seems to rest on an assumption that EU citizens can "move and reside freely" in any member state. Zsolt Darvas finds these arguments problematic, and points out that it is difficult to infer public opinion about immigration from the referendum result.

By: Zsolt Darvas Topic: European Macroeconomics & Governance Date: February 8, 2017
Read about event

Past Event

Past Event

Brexit and trade: what EU and WTO rules imply

Bruegel in collaboration with Leuven Centre For Global Governance Studies organizes an event at which we will discuss the options for redesigning trade relations in the post-Brexit era.

Speakers: Viktoria Dendrinou, Hosuk Lee-Makiyama, Petros C. Mavroidis, André Sapir and Prof. Jan Wouters Topic: European Macroeconomics & Governance, Global Economics & Governance Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: February 6, 2017
Read article More by this author

Blog Post

ECB Board Members - Benoît Cœuré, Mario Draghi, Peter Praet, Sabine Lautenschlaeger, Vitor Constancio, Yves Mersch

Resolving Europe’s NPL burden: challenges and benefits

Keynote speech by Vítor Constâncio, Vice-President of the ECB, at Bruegel event: "Tackling Europe's non-performing loans crisis: restructuring debt, reviving growth", Brussels, 3 February 2017

By: Vítor Constâncio Topic: European Macroeconomics & Governance, Finance & Financial Regulation Date: February 3, 2017
Read about event

Past Event

Past Event

Tackling Europe’s non-performing loans crisis: restructuring debt, reviving growth

How can we connect the different initiatives for NPL resolution and identify an agenda that is shared between EU, national authorities and the private sector.

Speakers: Corso Bavagnoli, Iker Beraza, Arne Berggren, John Berrigan, Marco Buti, Vítor Constâncio, John Davison, Maria Demertzis, Sharon Donnery, Inês Drumond, Giorgio Gobbi, Piers Haben, Boštjan Jazbec, Gert-Jan Koopman, Alexander Lehmann, TJ Lim, Brendan McDonagh, Reza Moghadam, Ajay Rawal, Emanuele Rosetti Zannoni, Dirk Schoenmaker, Carola Schuler, Julien Wallen, Thomas Wieser and Guntram B. Wolff Topic: European Macroeconomics & Governance, Finance & Financial Regulation Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: February 3, 2017
Load more posts