Blog Post

La voie étroite de l’intelligence budgétaire

Le débat sur l’austérité budgétaire a repris en Europe. Ce n’est pas étonnant. 

By: Date: April 23, 2013

Le débat sur l’austérité budgétaire a repris en Europe. Ce n’est pas étonnant. Depuis 2010, celle-ci s’est attachée à redresser les finances publiques, au prix d’efforts importants : trois points et demi de PIB en trois ans dans la zone euro, un peu plus de trois en France, plus de quatre au Royaume-Uni, sept au Portugal, douze en Grèce. Mais parallèlement la reprise a marqué le pas : en zone euro, 2013 sera la deuxième année consécutive de croissance négative. Le FMI parle maintenant de reprise à trois vitesses pour souligner que le groupe des pays avancés s’est coupé en deux avec, d’un côté, les Etats-Unis où la reprise est solidement établie, et de l’autre l’Europe qui est à la traîne.      

Entre consolidation budgétaire et panne de croissance, y a-t-il lien de cause à effet ? Sans que l’un soit la seule raison de l’autre, on ne peut le nier. D’autant que deux erreurs ont été commises. L’UE, d’abord, a voulu croire que son premier problème était budgétaire, oubliant au passage que le mauvais état de ses systèmes bancaires et l’excès de dette privée dont souffrent plusieurs pays. Ces handicaps ont empêché la demande privée de prendre le relais de la demande publique. Avec des taux d’intérêt de la BCE bloqués au voisinage de zéro, les conséquences économiques des politiques de rigueur soient particulièrement marquées. 

La deuxième erreur a été de vouloir répondre à la hausse des taux sur les marchés obligataires en fixant des objectifs budgétaires nominaux (ramener le déficit à X% du PIB à la date T) plutôt que structurels (réduire les dépenses ou augmenter les recettes de Y points de PIB par an). L’Europe s’est ainsi mise à la merci d’une logique d’amplification des cycles qui contraint à d’autant plus d’efforts que la situation est mauvaise. La Commission s’efforce d’y échapper en accordant des délais aux pays qui étaient à la peine, mais trop tard et comme à contrecœur. 

Les Etats-Unis, quant à eux, ont réparé leur système bancaire dès 2009 et ont donné aux ménages le temps de se désendetter (y compris par des faillites personnelles). La Fed a vigoureusement soutenu la demande. Et, jusqu’à la fin 2012, l’ajustement budgétaire a été graduel. Le choc est venu en 2013, avec les coupes automatiques de dépenses, mais entre-temps l’économie privée avait gagné en vigueur. Cette stratégie a donné de meilleurs résultats.

Qu’en déduire pour l’avenir ? Sauf à envisager une répudiation de la dette ou la sortie de l’euro, l’une et l’autre bien plus coûteuses, certainement pas qu’il faut jeter le sérieux budgétaire à la rivière. La question n’est pas de savoir s’il faut réduire les ratios de dette publique, mais quand et comment. Avec ou sans Reinhart et Rogoff, il demeure qu’il est dangereux de laisser la dette publique avoisiner 100% du PIB. Or huit pays de la zone euro seront dans cette zone fin 2013.

La bonne stratégie consiste à conduire la consolidation budgétaire graduellement mais avec persistance, en veillant à la qualité des mesures tout autant qu’à leur quantité. Les gouvernements craignent cependant qu’en procédant ainsi, ils suscitent la méfiance des marchés et que leurs coûts d’emprunt s’en ressentent. Parce qu’ils n’ont pas confiance en leurs partenaires, beaucoup en Europe du Nord continuent aussi à faire des objectifs nominaux l’alpha et l’oméga de la stratégie budgétaire. Dans les deux cas le problème est le même : retarder une partie de l’ajustement pour préserver la croissance, n’est-ce pas en fait le repousser aux calendes grecques. N’est-ce pas s’avouer incapable d’affronter les choix qu’exige une maîtrise durable des finances publiques ?

La solution consiste à crédibiliser l’engagement de réduction du déficit Pour cela il faut fonder ses calculs sur des prévisions prudentes ; décider dès aujourd’hui des mesures qui s’appliqueront demain, ou du moins avancer suffisamment dans leur préparation éclairer l’horizon ; identifier les gisements d’efficacité dans la sphère publique ; programmer la fin des politiques dont le rapport coût-bénéfice est trop élevé ; mettre en place les mesures propres à équilibrer les régimes de retraite sur plusieurs décennies ; fixer pour l’assurance-maladie et le chômage des règles d’équilibre sur le cycle ; donner, enfin, les grandes lignes des réformes fiscales qui apporteront de la ressource sans décourager l’activité. Rien de tout cela n’empêchera, évidemment, un parlement de voter demain en sens contraire ; mais cela le rendra moins probable.

Au niveau européen, les programmes de stabilité que les gouvernements adressent chaque année à Bruxelles devraient servir de support à un dialogue sur ces mesures à venir et à certifier les engagements nationaux. Au lieu de limiter les marges de manœuvre immédiates, ils devraient servir à les élargir en rassurant sur le fait que la consolidation budgétaire aura bien lieu.

La logique est imparable : plus on se lie les mains pour demain, plus on gagne des marges de liberté pour aujourd’hui. C’est cela qu’il faut faire.

This article was first published in le Monde.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint. Anyone is free to republish and/or quote this post without prior consent. Please provide a full reference, clearly stating Bruegel and the relevant author as the source, and include a prominent hyperlink to the original post.

Topics

Comments

Read article More on this topic More by this author

Blog Post

Silvia Merler

EU migration crisis: facts, figures and disappointments

Attempts to stem the flow of refugees to Europe have so far had little success. Two months into 2016, we take a detailed look at the numbers of the refugee crisis and the European response.

By: Silvia Merler Topic: European Macroeconomics & Governance Date: February 12, 2016
Read article More on this topic

Opinion

Pia Hüttl
Schoenmaker pic

Why euro-zone ‘outs’ should join banking union

Joining the banking union could provide a stable arrangement for managing financial stability for the UK and other non-Euro countries.

By: Pia Hüttl and Dirk Schoenmaker Topic: European Macroeconomics & Governance Date: February 11, 2016
Read article

Blog Post

IMG_20151009_103117 (3)
Portraits Bruegel staff 2014

Can mass migration boost innovation and productivity?

The long-term impact of migration on innovation and productivity growth in host countries is a neglected issue in the current debate on refugees. Research shows that these effects can be substantial, but if Europe wants to capitalize on this potential it will need better information systems to match migrants’ skill sets with host environments.

By: Nuria Boot and Reinhilde Veugelers Topic: European Macroeconomics & Governance, Innovation & Competition Policy Date: February 10, 2016
Read article More by this author

Parliamentary Testimony

Inquiry of the House of Lords’ EU Financial Affairs Sub-Committee on “Completing Europe’s Economic and Monetary Union”House of Lords

Inquiry of the House of Lords' EU Financial Affairs Sub-Committee

The enquiry on "Completing Europe’s Economic and Monetary Union" took place on 27 January 2016 in Brussels.

By: Guntram B. Wolff Topic: European Macroeconomics & Governance, House of Lords, Parliamentary Testimonies Date: February 8, 2016
Read about event More on this topic

Upcoming Event

22 
Feb
2016
12:30

Economic weakness and demographic challenges: what next for Europe?

After a year of weak recovery what is next for Europe? This event will look at both the general macroeconomic situation as well as the challenges posed by changing demographics

Speakers: John Driffill, Torben M. Andersen and Pia Hüttl Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read about event More on this topic

Upcoming Event

23 
Feb
2016
12:30

Adjustment in the Economic and Monetary Union

This event will look at shocks and adjustment in the euro area in the light of recent crises and analyse the functioning of a key internal adjustment process in EMU

Speakers: Robert Anderton, Antoine Berthou, José Leandro and Guntram B. Wolff Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read article More on this topic

Blog Post

Pia Hüttl
Schoenmaker pic

European banking union: should the 'outs' join in?

To address coordination failures between national institutions regulating banks, we need supranational policies. Banking union encourages further integration of banks across borders, deepening the single market, and could also benefit countries outside the euro which have a high degree of cross-border banking.

By: Pia Hüttl and Dirk Schoenmaker Topic: European Macroeconomics & Governance Date: February 4, 2016
Read article Download PDF More on this topic

Policy Contribution

Should the ‘outs’ join the European banking union?

Should the ‘outs’ join the European banking union?

This paper analyses the banking linkages between the nine ‘outs’ and 19 ‘ins’ of the banking union. It finds that the out countries could profit from joining banking union, because it would provide a stable arrangement for managing financial stability.

By: Pia Hüttl and Dirk Schoenmaker Topic: European Macroeconomics & Governance Date: February 4, 2016
Read about event More on this topic

Upcoming Event

25 
Feb
2016
12:30

The long-term impact of migration in Europe

Amidst the short-term drama of the refugee and Schengen crises, it is time to look at the long-term effects of migration on European societies and economies.

Speakers: Pieter Cleppe, Naika Foroutan and Reinhilde Veugelers Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read article More on this topic More by this author

Opinion

Guntram B. Wolff

The economic consequences of Schengen

The president of the European Commission, Jean-Claude Juncker, recently warned that “without Schengen and the free movement of workers, of citizens, the euro makes no sense.” And in fact, it is the single currency and the ability to travel freely without identity documents that most Europeans associate with the EU. So how does it really stand with Schengen and the euro?

By: Guntram B. Wolff Topic: European Macroeconomics & Governance Date: February 2, 2016
Read article More on this topic More by this author

Blog Post

Jérémie Cohen-Setton

Blaming the Fed for the Great Recession

What’s at stake: Following an article in the New York Times by David Beckworth and Ramesh Ponnuru, the conversation on the blogosphere was dominated this week by the question of whether the Fed actually caused the Great Recession. While not mainstream, this narrative recently received a boost as Ted Cruz, a Republican candidate for the White House, championed it.

By: Jérémie Cohen-Setton Topic: European Macroeconomics & Governance Date: February 1, 2016
Read article More on this topic More by this author

Opinion

Guntram B. Wolff

The fallout from the European refugee crisis

Of the 1.5 million refugees that reached the European Union last year, more than 1 million ended up in Germany, but the initially welcoming atmosphere has changed drastically.

By: Guntram B. Wolff Topic: European Macroeconomics & Governance Date: January 29, 2016
Load more posts