Opinion

« Mieux vaudrait laisser les gouvernements libres de tenter les politiques de leur choix »

Les peuples ont le droit de faire des erreurs: Selon l’économiste Jean Pisani-Ferry, l’Union européenne doit accepter les aspirations légitimes à des politiques disparates, tout se prémunissant contre la contagion de leur corollaire : la possibilité d’une faillite souveraine.

By: Date: June 12, 2018 Topic: European Macroeconomics & Governance

This Opinion was also published in Le Monde

La nouvelle coalition italienne a été élue sur un programme pour le moins risqué qui combine les baisses d’impôts promises par la Ligue aux petits entrepreneurs du Nord et les dépenses sociales promises par le Mouvement 5 Étoiles aux déshérités du Sud. Sur la base d’évaluations indépendantes, le total de ces engagements dépasserait les 100 milliards d’euros par an, soit plus de 6% du PIB. Pour un pays dont la dette publique dépasse déjà 130% du PIB, ce serait pour le moins aventureux.

Compte tenu de ses faibles marges de manœuvre, le gouvernement Conte a déjà commencé à réviser ses plans. Mais il y a peu de chances qu’il veuille le faire dans une mesure suffisante pour éviter l’infraction aux règles budgétaires européennes. Si les partis anti-système sont convaincus d’une chose, c’est qu’ils ne doivent pas jouer les élèves sages.

Il faut donc nous préparer à une épreuve de force entre ce que prescrivent les règles et ce qui a été promis au peuple, entre la légitimité du droit et celle du vote. Ce n’est pas la première fois. François Hollande en 2012 avait affirmé vouloir réviser le traité budgétaire, avant de se contenter d’un compromis sans contenu. Aléxis Tsípras en 2015 avait été élu sur un programme de changement radical, mais la dépendance financière de la Grèce a eu raison de sa résistance. Si la confrontation est cette fois probable, c’est d’abord que le climat politique a changé et ce qu’on appelle le populisme a le vent en poupe. Ensuite, il est difficile de plaider pour le statu quo dans un pays où le revenu par tête n’a pas augmenté depuis vingt ans. Enfin, l’Italie est un grand pays et ses dirigeants estiment disposer d’un pouvoir de négociation.

La stratégie économique de la coalition Ligue-Cinq Étoiles fait question. Certes l’Italie a besoin de croissance et non d’austérité, mais c’est moins un choc de demande qu’un choc d’offre qu’il faut lui administrer, moins une expansion keynésienne qu’un investissement dans les compétences et dans la gestion des entreprises, en vue de réveiller une productivité assoupie.

On saura bientôt quelles sont les vraies priorités de la nouvelle équipe. Mais quoi qu’il en soit, les peuples ont le droit de faire des erreurs. Et ils sont aujourd’hui d’autant plus enclins à faire usage de cette liberté que la réputation de compétence des partis traditionnels a été mise à bas par la crise financière globale et celle de la zone euro.

Quelles conséquences faut-il en tirer ? Dans l’immédiat, il faut aider l’Italie à sortir de ses problèmes par le haut, en s’attaquant à un dualisme qui voit coexister un réseau d’entreprises de premier niveau mondial et un tissu d’autres, plus petites, qui sont dangereusement en retard sur leurs homologues allemandes ou françaises. Les outils financiers européens disponibles peuvent être utilisés à cette fin, et le budget d’investissement dont il est question pour la zone euro trouvera vite à s’employer si l’on obtient un consensus pour le créer.

Mais il faut aussi réfléchir, pour l’avenir, aux règles du jeu communes. Depuis vingt ans, les institutions européennes jouent les maîtresses d’école avec les gouvernements : elles sermonnent, interdisent, complimentent et protègent. Au fil des ans, le système de surveillance budgétaire sur lequel elles s’appuient est devenu d’une complexité telle que seule une poignée de techniciens en maîtrisent les arcanes. À la manière de préfets apostoliques, eux seuls peuvent préciser ce qui est autorisé, toléré ou prohibé.

Tant qu’il y avait consensus sur les politiques souhaitables, ce paternalisme technocratique pouvait se défendre. Dans un contexte de révolte contre l’ordre économique établi, il est devenu politiquement dangereux. Un conflit avec Bruxelles sur l’application des règles du Pacte de stabilité offrirait à Matteo Salvini, le dirigeant de la Ligue, ou à tel ou tel autre eurosceptique européen, une occasion rêvée de transformer du plomb bureaucratique en or électoral.

Mieux vaudrait donc un système qui tienne la bride moins serrée aux États et, tant que les gouvernements peuvent convaincre des prêteurs de leur faire crédit, les laisse libres de tenter les politiques de leur choix. Cela suppose, évidemment, que ces prêteurs en supportent pleinement le risque, et n’attendent pas des pays partenaires qu’ils prennent demain ces dettes à leur charge. Il y a en effet deux régimes polaires dans une union monétaire : l’un qui combine discipline et solidarité collectives, dont l’aboutissement ultime est la garantie mutuelle des dettes ; et l’autre, qui repose davantage sur la responsabilité individuelle des États, dont la logique conduit à accepter dans des cas extrêmes la possibilité de faillites souveraines. Les conditions politiques auxquelles nous faisons face, durablement sans doute, conduisent à faire chemin vers le second.

Il ne s’agit pas de punir les gouvernements, ou de demander aux marchés de discipliner les électeurs, comme l’a maladroitement laissé entendre le Commissaire Öttinger. Il ne s’agit pas plus de confier la gestion des surendettements souverains à on-ne-sait quel mécanisme automatique. Mais il faut permettre aux gouvernements de prendre leurs risques, et en contrepartie les rendre davantage responsables leurs actes. Cela suppose de minimiser l’onde de choc potentielle d’une restructuration souveraine, en achevant la déconnexion entre banques et États (c’est-à-dire en menant à son terme l’union bancaire), et en mettant en place des filets de liquidité pour éviter à des États solvables d’être soumis aux foucades du marché.

Cela suppose enfin la plus grande clarté sur la préservation de la zone euro : plus celle-ci saura accommoder les disparités en son sein, plus elle sera capable de résoudre des crises souveraines, et plus elle sera à l’abri du danger d’une dislocation. Pousser les pays indisciplinés vers la sortie, ou simplement laisser faire, ce serait faire prendre à tous un risque de premier plan. Il nous faut une union monétaire plus souple, mais aussi plus résistante.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint.

Due to copyright agreements we ask that you kindly email request to republish opinions that have appeared in print to communication@bruegel.org.

View comments
Read about event More on this topic

Upcoming Event

Jun
19
12:30

For a stronger and more integrated Europe

This event will feature the presentation of the Economic Survey of the European Union 2018 and Economic Survey of the Euro Area 2018.

Speakers: Angel Gurría, Zsolt Darvas, Pierre Beynet and Aida Caldera-Sanchez Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read about event More on this topic

Upcoming Event

Jun
27
12:30

Euro tragedy: a drama in nine acts

This event will feature a presentation by Ashoka Mody of his new book, which argues that the Euro is at the root of the problems the European Union faces today.

Speakers: Maria Demertzis, Ashoka Mody and Guntram B. Wolff Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read article Download PDF More on this topic

Policy Contribution

Is the European Semester effective and useful?

The authors study whether and to what extent EU countries implement recommendations on macroeconomic imbalances given by the EU in the so-called European Semester. Overall implementation of recommendations by EU countries has worsened in the last few years, in particular when it comes to recommendations addressed to countries with excessive macroeconomic imbalances.

By: Konstantinos Efstathiou and Guntram B. Wolff Topic: European Macroeconomics & Governance Date: June 13, 2018
Read article More on this topic More by this author

Blog Post

The Italian mini-BOT debate

Talks of parallel currency are not new in Italy. But one of the proposals – the so called mini-BOT – has made it into the government contract that underpins the current League-M5S coalition. We review what has been said about these proposals.

By: Silvia Merler Topic: Finance & Financial Regulation Date: June 11, 2018
Read about event More on this topic

Upcoming Event

Jul
11
09:30

Understanding Italy: challenges and perspectives in the European context

This is an invitation-only workshop to discuss Italy’s economic and political challenges and what lies ahead

Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read article More on this topic

Blog Post

Is the ECB collateral framework compromising the safe-asset status of euro-area sovereign bonds?

Central banks’ collateral frameworks play an important role in defining what is considered as a safe asset. However, the ECB’s framework is unsatisfactory because it is overly reliant on pro-cyclical ratings from credit rating agencies, and because the differences in haircuts between the different ECB credit quality steps are not sufficiently gradual. In this note, the authors propose how the ECB could solve these problems and improve its collateral framework to protect its balance sheet without putting at risk the safe status of sovereign bonds of the euro area.

By: Grégory Claeys and Inês Goncalves Raposo Topic: European Macroeconomics & Governance Date: June 8, 2018
Read article More on this topic More by this author

Opinion

Trägt Deutschland eine Mitschuld an Italiens Krise?

Italiens Regierung will riesige neue Schulden machen – die nächste Bewährungsprobe für die Eurozone. Deutschland muss sich aktiv an der Lösung beteiligen.

By: Guntram B. Wolff Topic: European Macroeconomics & Governance Date: June 6, 2018
Read article More on this topic

Blog Post

Mini-BOT in the government programme of the Five Star Movement and the League

The economic evaluation of mini-BOT very much depends on its specific characteristics. Overall it appears to be a blend of an inferior security and inferior money. More important than its specific characteristics is the message that the implementation of the mini-BOT would send about Ital-exit: inevitably, given what the League and its representatives have said and written, the mini-BOT would be seen as a first step in the exit of Italy from the euro, rekindling denomination risk attached to Italian securities.

By: Francesco Papadia and Alexander Roth Topic: Finance & Financial Regulation Date: June 5, 2018
Read article More by this author

Podcast

Podcast

Director's Cut: Central banking and the problem of unelected power

Bruegel director Guntram Wolff discusses current tensions in central banking governance with Paul Tucker, former deputy governor of the Bank of England and author of the newly released book 'Unelected Power: The Quest for Legitimacy in Central Banking and the Regulatory State'.

By: The Sound of Economics Topic: Finance & Financial Regulation, Global Economics & Governance Date: June 5, 2018
Read article More on this topic More by this author

Blog Post

The Italian Crisis

While Italy has been through one of the gravest institutional crises in its history, we review recent opinions on the topic.

By: Silvia Merler Topic: European Macroeconomics & Governance Date: June 4, 2018
Read article More on this topic More by this author

Opinion

Mattarella’s line in the sand

The vital task confronting Europe is to reconcile citizens’ right to make radical choices with the need to ensure that decisions leading to constitutional change are subject to sufficient public deliberation. The EU and the euro must not be constitutional cages; but nor should they be subject to ill-considered decisions.

By: Jean Pisani-Ferry Topic: European Macroeconomics & Governance Date: June 1, 2018
Read article More on this topic More by this author

Blog Post

Italian populism calls for hard choices

The economic agenda of Italian populists is likely to exacerbate rather than alleviate Italy’s longstanding problems. But the piecemeal, small-step approach followed by European and national ruling elites, while perhaps tolerable for countries under normal economic conditions, is insufficient for an Italy stuck in a low-growth-high-debt equilibrium. If defenders of the European project want to regain popularity, they will need to present a clear functioning alternative to setting the house on fire.

By: Alessio Terzi Topic: European Macroeconomics & Governance Date: May 31, 2018
Load more posts