Opinion

« Mieux vaudrait laisser les gouvernements libres de tenter les politiques de leur choix »

Les peuples ont le droit de faire des erreurs: Selon l’économiste Jean Pisani-Ferry, l’Union européenne doit accepter les aspirations légitimes à des politiques disparates, tout se prémunissant contre la contagion de leur corollaire : la possibilité d’une faillite souveraine.

By: Date: June 12, 2018 Topic: European Macroeconomics & Governance

This Opinion was also published in Le Monde

La nouvelle coalition italienne a été élue sur un programme pour le moins risqué qui combine les baisses d’impôts promises par la Ligue aux petits entrepreneurs du Nord et les dépenses sociales promises par le Mouvement 5 Étoiles aux déshérités du Sud. Sur la base d’évaluations indépendantes, le total de ces engagements dépasserait les 100 milliards d’euros par an, soit plus de 6% du PIB. Pour un pays dont la dette publique dépasse déjà 130% du PIB, ce serait pour le moins aventureux.

Compte tenu de ses faibles marges de manœuvre, le gouvernement Conte a déjà commencé à réviser ses plans. Mais il y a peu de chances qu’il veuille le faire dans une mesure suffisante pour éviter l’infraction aux règles budgétaires européennes. Si les partis anti-système sont convaincus d’une chose, c’est qu’ils ne doivent pas jouer les élèves sages.

Il faut donc nous préparer à une épreuve de force entre ce que prescrivent les règles et ce qui a été promis au peuple, entre la légitimité du droit et celle du vote. Ce n’est pas la première fois. François Hollande en 2012 avait affirmé vouloir réviser le traité budgétaire, avant de se contenter d’un compromis sans contenu. Aléxis Tsípras en 2015 avait été élu sur un programme de changement radical, mais la dépendance financière de la Grèce a eu raison de sa résistance. Si la confrontation est cette fois probable, c’est d’abord que le climat politique a changé et ce qu’on appelle le populisme a le vent en poupe. Ensuite, il est difficile de plaider pour le statu quo dans un pays où le revenu par tête n’a pas augmenté depuis vingt ans. Enfin, l’Italie est un grand pays et ses dirigeants estiment disposer d’un pouvoir de négociation.

La stratégie économique de la coalition Ligue-Cinq Étoiles fait question. Certes l’Italie a besoin de croissance et non d’austérité, mais c’est moins un choc de demande qu’un choc d’offre qu’il faut lui administrer, moins une expansion keynésienne qu’un investissement dans les compétences et dans la gestion des entreprises, en vue de réveiller une productivité assoupie.

On saura bientôt quelles sont les vraies priorités de la nouvelle équipe. Mais quoi qu’il en soit, les peuples ont le droit de faire des erreurs. Et ils sont aujourd’hui d’autant plus enclins à faire usage de cette liberté que la réputation de compétence des partis traditionnels a été mise à bas par la crise financière globale et celle de la zone euro.

Quelles conséquences faut-il en tirer ? Dans l’immédiat, il faut aider l’Italie à sortir de ses problèmes par le haut, en s’attaquant à un dualisme qui voit coexister un réseau d’entreprises de premier niveau mondial et un tissu d’autres, plus petites, qui sont dangereusement en retard sur leurs homologues allemandes ou françaises. Les outils financiers européens disponibles peuvent être utilisés à cette fin, et le budget d’investissement dont il est question pour la zone euro trouvera vite à s’employer si l’on obtient un consensus pour le créer.

Mais il faut aussi réfléchir, pour l’avenir, aux règles du jeu communes. Depuis vingt ans, les institutions européennes jouent les maîtresses d’école avec les gouvernements : elles sermonnent, interdisent, complimentent et protègent. Au fil des ans, le système de surveillance budgétaire sur lequel elles s’appuient est devenu d’une complexité telle que seule une poignée de techniciens en maîtrisent les arcanes. À la manière de préfets apostoliques, eux seuls peuvent préciser ce qui est autorisé, toléré ou prohibé.

Tant qu’il y avait consensus sur les politiques souhaitables, ce paternalisme technocratique pouvait se défendre. Dans un contexte de révolte contre l’ordre économique établi, il est devenu politiquement dangereux. Un conflit avec Bruxelles sur l’application des règles du Pacte de stabilité offrirait à Matteo Salvini, le dirigeant de la Ligue, ou à tel ou tel autre eurosceptique européen, une occasion rêvée de transformer du plomb bureaucratique en or électoral.

Mieux vaudrait donc un système qui tienne la bride moins serrée aux États et, tant que les gouvernements peuvent convaincre des prêteurs de leur faire crédit, les laisse libres de tenter les politiques de leur choix. Cela suppose, évidemment, que ces prêteurs en supportent pleinement le risque, et n’attendent pas des pays partenaires qu’ils prennent demain ces dettes à leur charge. Il y a en effet deux régimes polaires dans une union monétaire : l’un qui combine discipline et solidarité collectives, dont l’aboutissement ultime est la garantie mutuelle des dettes ; et l’autre, qui repose davantage sur la responsabilité individuelle des États, dont la logique conduit à accepter dans des cas extrêmes la possibilité de faillites souveraines. Les conditions politiques auxquelles nous faisons face, durablement sans doute, conduisent à faire chemin vers le second.

Il ne s’agit pas de punir les gouvernements, ou de demander aux marchés de discipliner les électeurs, comme l’a maladroitement laissé entendre le Commissaire Öttinger. Il ne s’agit pas plus de confier la gestion des surendettements souverains à on-ne-sait quel mécanisme automatique. Mais il faut permettre aux gouvernements de prendre leurs risques, et en contrepartie les rendre davantage responsables leurs actes. Cela suppose de minimiser l’onde de choc potentielle d’une restructuration souveraine, en achevant la déconnexion entre banques et États (c’est-à-dire en menant à son terme l’union bancaire), et en mettant en place des filets de liquidité pour éviter à des États solvables d’être soumis aux foucades du marché.

Cela suppose enfin la plus grande clarté sur la préservation de la zone euro : plus celle-ci saura accommoder les disparités en son sein, plus elle sera capable de résoudre des crises souveraines, et plus elle sera à l’abri du danger d’une dislocation. Pousser les pays indisciplinés vers la sortie, ou simplement laisser faire, ce serait faire prendre à tous un risque de premier plan. Il nous faut une union monétaire plus souple, mais aussi plus résistante.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint.

Due to copyright agreements we ask that you kindly email request to republish opinions that have appeared in print to communication@bruegel.org.

View comments
Read article More on this topic More by this author

Blog Post

GNI-per-head rankings: The sad stories of Greece and Italy

No other country lost as many positions as Greece and Italy in the rankings of European countries by Gross National Income per head, between 1990 and 2017. The tentative conclusion here is that more complex, country-specific stories – beyond the euro, or the specific euro-area fiscal rules – are needed to explain these individual performances.

By: Francesco Papadia Topic: European Macroeconomics & Governance Date: June 18, 2019
Read article More on this topic More by this author

Blog Post

Uncertainty over output gap and structural-balance estimates remains elevated

The EU fiscal framework strongly relies on the structural budget balance indicator, which aims to measure the ‘underlying’ position of the budget. But this indicator is not observed, only estimations can be made. This post shows that estimates of the European Commission, the IMF, the OECD and national governments widely differ from each other and all estimates are subject to very large annual revisions. The EU should get rid of the fiscal rules that rely on structural balance estimates and use this opportunity to fundamentally reform its fiscal framework.

By: Zsolt Darvas Topic: European Macroeconomics & Governance Date: June 17, 2019
Read article More on this topic More by this author

Blog Post

The campaign against ‘nonsense’ output gaps

A campaign against “nonsense” consensus output gaps has been launched on social media. It has triggered responses focusing on the implications of output gaps for fiscal policy under EU rules, especially for Italy. But the debate about the reliability of output-gap estimates is more wide-ranging.

By: Konstantinos Efstathiou Topic: European Macroeconomics & Governance Date: June 17, 2019
Read about event More on this topic

Upcoming Event

Jun
25
08:30

How comprehensive is the EU political realignment?

Has the left-right divide become obsolete in EU politics?

Speakers: David Amiel, Otilia Dhand, Nicolas Véron and Silke Wettach Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read article Download PDF More on this topic

Policy Brief

A strategic agenda for the new EU leadership

Memo to the presidents of the European Commission, Council and Parliament. 'A strategic agenda for the new EU leadership' by Maria Demertzis, André Sapir and Guntram Wolff is the first of our 2019 Bruegel memos to the new presidents of the European Commission, Council and Parliament. Focusing on the most important economic questions at EU level, these Bruegel memos are intended to be a strategic to-do list, outlining the state of affairs that will greet the new Commission.

By: Maria Demertzis, André Sapir and Guntram B. Wolff Topic: European Macroeconomics & Governance Date: June 13, 2019
Read about event More on this topic

Past Event

Past Event

Past, present, and future EU trade policy: a conversation with Commissioner Malmström

What was trade policy during the last European Commission? What will be the future of European trade under the next Commission?

Speakers: Cecilia Malmström, André Sapir and Guntram B. Wolff Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: June 13, 2019
Read article More on this topic More by this author

Podcast

Podcast

Director’s Cut: A strategic agenda for the incoming EU presidents

In this Director’s Cut of ‘The Sound of Economics’, Bruegel’s Guntram Wolff and Maria Demertzis talk through their memo to the new presidents of the European Commission, Council and Parliament, outlining the specific measures that should be implemented in order to tackle the most formidable challenges arising in the next five years.

By: The Sound of Economics Topic: European Macroeconomics & Governance Date: June 12, 2019
Read article Download PDF More on this topic

External Publication

Effectiveness of cohesion policy: learning from the project characteristics that produce the best results

This study by Zsolt Darvas, Antoine Mathieu Collin, Jan Mazza, and Catarina Midões analyses the characteristics of cohesion policy projects that can contribute to successful outcomes. Their analysis is based on a literature survey, an econometric analysis and interviews with stakeholders. About two dozen project characteristics are considered, and their association with economic growth is studied using a novel methodology. Based on the findings, the study concludes with recommendations for cohesion policy reform.

By: Zsolt Darvas, Antoine Mathieu Collin, Jan Mazza and Catarina Midoes Topic: European Macroeconomics & Governance Date: June 11, 2019
Read article More on this topic More by this author

Opinion

L’euro sans l’Europe : un projet incohérent

Jean Pisani-Ferry constate que tous les grands partis ne remettent plus en cause l’euro. Il souligne néanmoins que trois vulnérabilités – économique, politique et internationale – menacent la monnaie unique.

By: Jean Pisani-Ferry Topic: European Macroeconomics & Governance Date: May 28, 2019
Read article More on this topic More by this author

Blog Post

The next ECB president

On May 28th, EU heads of state and government will start the nomination process for the next ECB president. Leaving names of possible candidates aside, this review tries to isolate the arguments about what qualifications the new president should have and what challenges he or she is likely to face.

By: Konstantinos Efstathiou Topic: European Macroeconomics & Governance Date: May 27, 2019
Read article Download PDF More on this topic

Policy Contribution

How to improve European Union cohesion policy for the next decade

This policy contribution investigates the performance of the design, implementation and effectiveness of cohesion policy, the most evaluated EU tool for promoting economic convergence. By analysing the effects of cohesion policy on economic growth through reviewing literature, conducting empirical research by comparing regions, as well as considering attitudes and expectations collected through interviewing stakeholders, the authors provide reform recommendations.

By: Zsolt Darvas, Jan Mazza and Catarina Midoes Topic: European Macroeconomics & Governance Date: May 23, 2019
Read article More on this topic More by this author

Podcast

Podcast

Backstage: Key policy positions of the Spitzenkandidaten

Giuseppe Porcaro hosts Bruegel director Guntram Wolff and visiting fellow Rebecca Christie to reflect on the key policy positions taken by the candidates for the European Commission presidency, ahead of May's elections.

By: The Sound of Economics Topic: European Macroeconomics & Governance Date: May 21, 2019
Load more posts