Opinion

Macroéconomie et gilets jaunes

Les analyses de la fronde des gilets jaunes ont surtout mis l’accent sur la répartition des revenus et des prélèvements entre catégories sociales et selon le lieu d’habitation. Lecture évidemment pertinente. Mais elle ne doit pas en occulter une autre, qui porte sur les évolutions d’ensemble des dix dernières années et sur ce qu’on peut anticiper pour les dix prochaines.

By: Date: December 4, 2018 Topic: European Macroeconomics & Governance

Chronique pour Le Monde

Les analyses de la fronde des gilets jaunes ont surtout mis l’accent sur la répartition des revenus et des prélèvements entre catégories sociales et selon le lieu d’habitation. Lecture évidemment pertinente. Mais elle ne doit pas en occulter une autre, qui porte sur les évolutions d’ensemble des dix dernières années et sur ce qu’on peut anticiper pour les dix prochaines.

De 2007 à 2017, le PIB a cru de 8% et le revenu disponible des ménages – après cotisations et transferts – d’à peu près autant, mais le revenu par unité de consommation (qui tient compte de la composition des ménages) n’a augmenté que de 1%. Quant à la composante dite  « arbitrable » de ce revenu (qui exclut les consommations pré-engagées, par exemple les loyers), elle a baissé de 1%.

Le fait est là : les bénéfices d’une croissance déjà anémique se sont dissipés avant de parvenir aux individus. L’explication principale est démographique : augmentation de la population, vieillissement et changement des modes de vie ont induit accroissement du nombre de ménages et réduction de leur taille. Pour maintenir le pouvoir d’achat avant impôts tel que le ressentent les Français, il aurait fallu une croissance d’environ un point par an.

L’avenir ne s’annonce pas très différent. D’ici dix ans, le nombre de seniors va augmenter de 2 millions, alors que la population d’âge actif va rester stable, et la proportion de ménages à une ou deux personnes va continuer à croître. Premier enseignement : il va continuer à falloir de la croissance pour simplement maintenir notre niveau de vie.

S’agissant de la fiscalité carbone, on a également mis le projecteur sur la répartition de la charge. Cette lecture, pertinente, mérite d’être complétée par un regard d’ensemble. Si les objectifs programmés sont maintenus – et il faut au moins qu’ils le soient si nous voulons être à la hauteur de nos engagements pour le climat, le prix du carbone va passer de 7€/t en 2010 à 45 en 2018 et 100 en 2030. Sachant que nos émissions s’élèvent à 5 tonnes par habitant, cela fera de l’ordre de 500€ par personne et par an.

Le calcul est grossier, parce qu’il ignore les exemptions, et suppose que la taxe carbone finira par peser sur les ménages, soit directement, soit via les prix des produits qu’ils consomment. Il ignore aussi que la contrepartie en est la baisse d’autres prélèvements ou l’instauration de mesures de soutien à la transition énergétique. Mais l’ordre de grandeur donne une idée de l’enjeu : 500€ par personne, cela représente 2,5% du revenu des ménages. Deuxième enseignement : la fiscalité carbone n’est pas – disons-le, ne doit pas être – un facteur de second ordre.

Ajoutons un troisième élément. Dans les années 1990-2000, les Français ont retiré d’importants gains de pouvoir d’achat du développement des importations en provenance des pays à bas coût. En 2010, selon une étude de Charlotte Emlinger et Lionel Fontagné, un quart de leur consommation provenait des pays de délocalisation, et l’avantage qu’ils en retiraient s’élevait à quelque 2400€ par ménage et par an. La mondialisation a détruit des emplois, mais elle a aussi été une source considérable de pouvoir d’achat. Le prix des produits manufacturés s’est effondré et nous en avons tous bénéficié.

Cette transition est probablement terminée : avec la montée en gamme de la Chine et le développement du protectionnisme, ces gains de revenu vont au mieux se maintenir, peut-être s’inverser. Pour le meilleur et pour le pire, la grande fête de la consommation touche à sa fin. Troisième enseignement : il ne faut plus compter sur le reste du monde pour nous rendre plus riches.

Conclusion : n’en déplaise aux tenants de la décroissance, les tensions sociales actuelles témoignent de la difficulté à préserver le revenu individuel dans un contexte de mutation démographique, environnementale et commerciale. La croissance, certainement, doit changer de caractère. Mais sans elle, tout est beaucoup plus compliqué.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint.

Due to copyright agreements we ask that you kindly email request to republish opinions that have appeared in print to communication@bruegel.org.

View comments
Read article More on this topic More by this author

Opinion

The great macro divergence

Global growth is expected to continue in 2019 and 2020, albeit at a slower pace. Forecasters are notoriously bad, however, at spotting macroeconomic turning points and the road ahead is hard to read. Potential obstacles abound.

By: Jean Pisani-Ferry Topic: Global Economics & Governance Date: December 5, 2018
Read article More on this topic

Opinion

What the "gilets jaunes" movement tells us about environment and climate policies

Simone Tagliapietra and Georg Zachmann write on the climate governance lesson European governments should learn from the "gilets jaunes" experience.

By: Simone Tagliapietra and Georg Zachmann Topic: Energy & Climate Date: November 30, 2018
Read article More on this topic More by this author

Blog Post

Inequality in China

After amply discussing income inequality in Europe and the US, economists are now looking at the magnitude, implications and possible remedies for this phenomenon in the context of the Chinese economy.

By: Silvia Merler Topic: Global Economics & Governance Date: September 24, 2018
Read article More on this topic More by this author

Blog Post

EU income inequality decline: Views from an income shares perspective

Over the past decade, the income share of low earners has increased in the EU while that of top earners has slightly declined. Although the upward convergence of the impoverished central European population is impressive, the southern European poor have faced a major setback while the southern European rich have hardly suffered.

By: Zsolt Darvas Topic: European Macroeconomics & Governance Date: July 5, 2018
Read article More on this topic More by this author

Blog Post

Demographics and Long Run Growth

Scholars have been investigating the relationship between demographics and long term growth, in the context of the secular stagnation hypothesis. We review recent contributions.

By: Silvia Merler Topic: Global Economics & Governance Date: June 18, 2018
Read article More on this topic More by this author

Opinion

La PAC n’est pas taboue

Dans cette chronique, l'auteur estime qu’une renationalisation graduelle de certaines politiques pourrait utilement contribuer à la nécessaire redéfinition du modèle agricole français..

By: Jean Pisani-Ferry Topic: European Macroeconomics & Governance Date: May 28, 2018
Read article More by this author

Parliamentary Testimony

French Senate

Franco-German relations facing the challenges of the EU

Testimony of Bruegel's director during the hearing of the Commissions for the EU and for foreign relations, defense and armed forces of the French Senate on 24 January 2018

By: Guntram B. Wolff Topic: European Macroeconomics & Governance, French Senate Date: January 25, 2018
Read article Download PDF More on this topic More by this author

Policy Contribution

Rethinking Franco-German relations: a historical perspective

Franco-German relations as the ‘engine’ of European integration are widely perceived to have stalled in recent years. This policy contribution assesses what the Franco-German relationship can achieve, what its shortcomings are, and what it means for the wider governance of the euro area and the European Union.

By: Emmanuel Mourlon-Druol Topic: European Macroeconomics & Governance Date: November 7, 2017
Read article More on this topic

Opinion

A resilient Euro needs Franco-German compromise

In a piece signed by 15 leading French and German economists, Nicolas Véron lays out a path to a more sustainable Euro. Germany will need to accept some form of risk sharing. France will need to allow more market discipline. But the two countries can find a common vision for reforms

By: Agnès Bénassy-Quéré, Markus K. Brunnermeier, Lars Feld, Philippe Martin, Hélène Rey, Isabel Schnabel, Nicolas Véron, Beatrice Weder di Mauro, Jeromin Zettelmeyer, Henrik Enderlein, Emmanuel Farhi, Clemens Fuest, Pierre-Olivier Gourinchas, Jean Pisani-Ferry and Marcel Fratzscher Topic: European Macroeconomics & Governance Date: September 27, 2017
Read article More on this topic More by this author

Podcast

Podcast

What's next for France and Europe?

We host a conversation between Jean Pisani-Ferry and Guntram Wolff to discuss what the French election result will mean for France and Europe.

By: The Sound of Economics Topic: European Macroeconomics & Governance Date: May 11, 2017
Read about event More on this topic

Past Event

Past Event

Financial Times - Bruegel Forum: the future of Europe after the French election

The second event in the Financial Times - Bruegel Forum series will look at how the results of the French elections will affect Europe.

Speakers: Tony Barber, Jean Pisani-Ferry and Guntram B. Wolff Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: May 11, 2017
Read article More on this topic

Blog Post

Europeans rediscover enthusiasm for globalisation

The general political mood on both sides of the Atlantic seems to suggest declining public support for globalisation, but people in the EU increasingly see globalisation as an opportunity for economic growth. This shift in public opinion coincides with improved economic conditions.

By: Uuriintuya Batsaikhan and Zsolt Darvas Topic: European Macroeconomics & Governance Date: May 4, 2017
Load more posts