Opinion

Europe: en finir avec la politique en silos

Projetée dans un monde de rapport de force dont les principaux protagonistes ne séparent pas géopolitique et économie, l’UE va devoir conduire un changement de logiciel culturel, une mutation organisationnelle et un rééquipement opérationnel, explique l’économiste Jean Pisani-Ferry.

By: Date: October 8, 2019 Topic: European Macroeconomics & Governance

La nouvelle présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s’est donné pour but de bâtir une Commission géopolitique au service d’une Europe plus stratégique, qui soit capable de s’affirmer dans un monde marqué par l’aiguisement des rivalités.

Elle n’aura pas la tâche facile. Car l’Union européenne est ce que l’économiste André Sapir avait appelé un pouvoir morcelé (Fragmented Power: Europe and the global economy, Bruegel, 2007). Un pouvoir, parce qu’en matière de normes, de concurrence ou de commerce international, l’Europe peut imposer ses préférences réglementaires, faire rendre gorge à des multinationales et négocier des accords commerciaux d’égal à égal. Mais un pouvoir morcelé, parce que ses compétences sectorielles sont à la fois cantonnées à la sphère économique, incomplètes et exercées séparément les unes des autres.

Si les Français s’en lamentaient, ce morcellement a longtemps été confortable : il permettait à l’Union d’exercer une influence globale sans assumer les responsabilités du leadership. Les États-Unis restaient le garant de l’ordre économique avec ce que cela supposait de privilèges (parfois exorbitants), mais aussi de devoirs : c’était à eux que revenaient les rôles d’architecte du système, mais aussi d’importateur en dernier ressort, de prêteur en dernier ressort, et à l’occasion de gendarme.

Charles Kindelberger (The World in Depression, 1973) puis Adam Tooze (The Deluge, 2014) ont bien montré à quel point ces rôles sont essentiels, et combien il a été difficile pour Washington de les assumer. Mais les dirigeants américains avaient fini par réaliser que s’il pouvait être contraignant de s’inscrire dans un système et de se conformer à ses règles, c’était la meilleure manière d’étendre leur sphère d’influence et d’assurer la prospérité de leur propre pays.

L’Europe, quant à elle, s’accommodait du leadership américain. Elle n’aspirait pas à contester l’hégémonie du dollar. Elle n’avait pas de grandes ambitions diplomatiques. Elle logeait sa puissance économique au sein d’un régime multilatéral défini par les États-Unis et dominé par eux, dont elle était le soutien constant et souvent le meilleur avocat.

Ce système est aujourd’hui en lambeaux, et il est illusoire de croire qu’il renaîtra à la faveur du départ de Donald Trump. Démocrates et Républicains ne croient plus que la participation de la Chine à l’ordre multilatéral assurera, à terme, sa convergence vers le modèle occidental. Les deux camps pensent que les États-Unis doivent penser davantage à leur propre intérêt et ne pas le sacrifier à la prospérité du monde. Ils sont divisés, certes, mais entre ceux qui veulent discipliner la Chine et ceux qui entendent enrayer son ascension, ou entre champions des tarifs douaniers et partisans d’autres armes. Mais ils partagent la fatigue du leadership.

Pour l’Europe, le réveil est particulièrement brutal : elle se trouve soudainement projetée dans un monde de rapport de forces dont les principaux protagonistes, États-Unis et Chine, ne séparent pas, comme elle, géopolitique et économie. Comme l’a montré le cas iranien, Washington utilise sans vergogne la centralité du dollar et de Wall Street pour imposer unilatéralement ses préférences géostratégiques. Quant à Pékin, il fait de sa capacité de crédit et d’investissement les vecteurs d’une politique de puissance dont les effets se font sentir en Asie centrale, en Afrique, et jusqu’au sein de l’UE.

Ursula von der Leyen a donc raison. Mais elle va devoir conduire une triple transformation : un changement de logiciel culturel ; une mutation organisationnelle ; et un rééquipement opérationnel.

Culturellement d’abord, l’Union doit faire l’apprentissage de la souveraineté économique (Bruegel-ECFR, Redefining Europe’s economic sovereignty, juin 2019). Il ne peut s’agir pour elle de se refermer derrière ses frontières ou de se couper de la Chine, qui doit comme les États-Unis demeurer un partenaire de premier plan. Ce serait une erreur dramatique. Il ne s’agit pas non plus de renoncer à défendre le multilatéralisme, qui fait partie de son code génétique . Mais il s’agit de penser stratégie, et de définir l’intérêt européen en des termes qui ne soient pas exclusivement sectoriels, ni même exclusivement économiques.

Organisationnellement, l’Europe doit cesser de gérer ses politiques économiques en silos. La primauté du droit et la structure de la Commission favorisent le morcellement que diagnostiquait Sapir. Il n’est pas facile d’y mettre fin, parce que le modèle de l’Europe n’est pas celui de la décision discrétionnaire au sommet de l’État. Il serait, par exemple, erroné de vouloir soumettre la politique de la concurrence, qui est un des atouts européens, à une politique industrielle d’ailleurs mal définie. En revanche il faut se donner les moyens procéduraux pour que lorsqu’elle examine un cas de concurrence, la Commission soit informée de ses implications potentielles en matière de sécurité, et puisse les prendre en compte dans sa décision.

Opérationnellement enfin, l’Union a besoin de nouveaux outils. Par exemple, elle ne peut pas aujourd’hui s’opposer à un investissement direct étranger dans un État membre, même si cet investissement donne accès à l’ensemble du marché intérieur. Il faudrait qu’elle puisse le faire à la majorité qualifiée. En matière monétaire, également, il faut évoluer : l’usage international de l’euro est pénalisé par l’absence de lignes de swap permettant de fournir de la liquidité en euros aux institutions financières de pays tiers ; or la BCE ne pourra en créer que s’il y a accord avec les États sur le partage des risques correspondants.

La souveraineté économique est affaire d’état d’esprit, de procédures et d’outil. Sur les trois plans, il est urgent d’avancer. Parce que le monde ne nous attendra pas.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint.

Due to copyright agreements we ask that you kindly email request to republish opinions that have appeared in print to communication@bruegel.org.

View comments
Read about event More on this topic

Upcoming Event

Jan
29
12:30

Take a chance on me: Sweden considers the Banking Union

This event will discuss if Sweden should join the European banking union and the general state of the union.

Speakers: Fredrik Bystedt, Elena Carletti, Maria Demertzis and Pawel Gąsiorowski Topic: Finance & Financial Regulation Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read article More on this topic

Blog Post

A European anti–money laundering supervisor: From vision to legislation

In fighting anti-money laundering, the European Commission should act fast toward creating a central supervisory authority.

By: Nicolas Véron and Joshua Kirschenbaum Topic: European Macroeconomics & Governance Date: January 24, 2020
Read about event

Past Event

Past Event

The state of health in the EU and the digitalisation of health promotion

The panellists at this event reviewed the general state of health as well as the digitalisation in the industry.

Speakers: Stefania Boccia, Caroline Costongs, Katarzyna Czabanowska, Zsolt Darvas, Guillaume Dedet, Martin Dorazil, Josep Figueras, Joanna Kokot, Martin Seychell and Michael Strübin Topic: European Macroeconomics & Governance, Innovation & Competition Policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: January 22, 2020
Read about event More on this topic

Past Event

Past Event

Partnering with Europe on responsible AI: a conversation with Sundar Pichai, CEO Google and Alphabet

At this event, Google's and Alphabet's CEO Sundar Pichai will elaborate on his views on Artificial Intelligence.

Speakers: Sundar Pichai and Guntram B. Wolff Topic: Innovation & Competition Policy Location: SQUARE, Mont des Arts, 1000 Brussels Date: January 20, 2020
Read article More on this topic More by this author

Podcast

Podcast

Banking after Brexit

Will Brexit damage Britain's financial services industry? Or is talk of its diminished status just a storm in a teacup? The City of London could move closer to Wall Street or it might become "Singapore-on-Thames". Nicholas Barrett talks to Rebecca Christie about banking after Brexit.

By: The Sound of Economics Topic: Finance & Financial Regulation Date: January 16, 2020
Read article Download PDF More by this author

External Publication

Factors determining Russia’s long-term growth rate

This paper’s main conclusion is that Russia’s economy cannot grow at the pace recorded in the early and mid-2000s because of the different external environment, the different stage of development and serious demographic headwinds.

By: Marek Dabrowski Topic: Global Economics & Governance Date: January 16, 2020
Read article More on this topic More by this author

Podcast

Podcast

Will Iran disrupt the global economy?

Last Friday, Qassem Soleimani, head of the Iranian Revolutionary Guards’ QUDS force, was killed by an American airstrike outside Baghdad airport. The Ayatollah was not pleased and Tehran has promised to retaliate. At the time of recording, the world is still waiting to see how Iran might respond. Some of have speculated that they could disrupt the world’s oil markets by closing the Strait of Hormuz, which acts as a vital artery for around a third of the world’s liquefied natural gas and almost a quarter of the world’s oil. Today, oil prices surpassed $70 and if tension escalates the price is bound to grow. How dependent is the global economy on affordable Middle Eastern fossil fuel? This week, Nicholas Barrett is joined by Maria Demertzis and Niclas Poitiers to discuss how the US-Iran hostilities are affecting global economy.

By: The Sound of Economics Topic: Global Economics & Governance Date: January 6, 2020
Read article More on this topic More by this author

Opinion

Could the U.S. economy be experiencing a hidden tech-driven productivity revolution?

In the last decade, most advanced economies have grown more slowly than before. Slower growth has frequently been seen as a legacy of financial crises, especially that of 2007–2009.

By: Marek Dabrowski Topic: Innovation & Competition Policy Date: January 6, 2020
Read article Download PDF More on this topic More by this author

Working Paper

A new look at net balances in the European Union's next multiannual budget

Whenever the European Union’s budget is discussed, much of the political focus is on net balances – whether countries pay in more than they receive – rather than on the broader overall positive effects of EU spending. The largest net contributor countries have sought to limit their contributions, leading to the build-up of an ad-hoc, complex, opaque and regressive system of revenue corrections.

By: Zsolt Darvas Topic: European Macroeconomics & Governance Date: December 12, 2019
Read article More on this topic More by this author

Podcast

Podcast

What's inside the European Green Deal?

President Ursula Von der Leyen has presented her European Green Deal before the European Parliament. How will it work? What are its implications? And will it make Europe carbon neutral by 2050? Nicholas Barrett asks  Simone Tagliapietra what's inside the Green Deal.

By: The Sound of Economics Topic: Energy & Climate Date: December 11, 2019
Read about event More on this topic

Past Event

Past Event

The Great Reversal-Causes and implications of the rising corporate concentration in the US

During this event, Thomas Philippon presented his thesis on market concentration and explained the reasons behind the rising corporate market power in the US.

Speakers: Thomas Philippon, Georgios Petropoulos and Reinhilde Veugelers Topic: Global Economics & Governance Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: December 11, 2019
Read article More on this topic More by this author

Blog Post

Non-performing loans’ legacy versus secondary markets

Eleven years since the start of Europe’s financial crisis, and the legacy of non-performing loans in the EU, though much smaller, is still a live issue for some member states.

By: Joanna Surala Topic: Finance & Financial Regulation Date: December 10, 2019
Load more posts